Dictionnaire météorologique : en français
  Généralités Globe Hémisphère Nord Hémisphère Sud Météorologie Glossaire Conversion

Le dictionnaire météorologique

Autres dictionnaires en francais
Dictionnaire en anglais

Advisory : un message officiel diffusé par un centre d'avis d'ouragan (comme le N.H.C de Miami)

Altitude géopotentielle - Geopotential height
:
En météorologie, la distance verticale d'un point donné de l'atmosphère au niveau moyen de la mer n'est pas mesurée par son altitude mais par un nombre qui en est généralement
très voisin et qui s'appelle l'altitude géopotentielle
Il en résulte en particulier que les lignes isophyses destinées à décrire le "relief" de surfaces isobares données (850hPa, 500 hPa,..) ne tracent pas exactement
des courbes d'altitude constante, comme le font les lignes de niveau des cartes topographiques, mais des lignes d'altitude géopotentielle constante
La raison de cette nuance vient de ce que l'accélaration de la pensanteur, désignée par le symbole g varie au sein de l'atmosphère : or ce nombre g s'insère dans les équations
qui entrent en jeu dans l'étude et la prévision des conditions atmosphériques aux échelles spatio-temporelles couramment utilisées


A.V.N
. - Aviation Model : un modèle de prévision spécifique au M.R.F.

Anticyclone
: une zone de haute pression atmosphérique


Zone de haute pression atmosphérique
,
c'est à dire une région
où la pression atmosphérique est plus élevée
par rapport à celle du voisinage au même niveau,
souvent associé à du temps calme et non perturbé


Au niveau de la mer la pression moyenne est de 1013,25 hPa

Une région où la pression sera > à 1015 hPa sera dite anticyclonique

Selon la règle de Buys-Ballot
les vents autour d'un anticyclone tournent
dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère Nord
(c'est l'inverse dans l'hémisphère Sud)

Ainsi la circulation générale de la basse atmosphère -la troposphère-
tend-elle à être régulée en grande partie par
de vastes centres d'action anticyclonique
à caractère permanent ou semi-permanent
(par ex : anticyclone des Acores )

 


Alizé : un vent des régions intertropicales (entre 30°N et 30°S)

Un alizé est un vent des régions intertropicales (entre 30°N et 30°S)
de direction générale Nord-Est pour l'hémisphère Nord et Sud-Est pour l'hémisphère Sud
qui se manifeste à des altitudes allant du niveau de la mer
à 1500 ou 2000 mètres sans dépasser les 3000m


Ce sont les vents d'alizé qui soufflent en général sur de vastes régions
de la zone méridienne intertropicale en partant des grands centes d'actions anticycloniques des régions subtropicales pour se diriger vers la ZCIT
De ce fait la circulation générale des vents à basse altitude est gouvernée principalement
par des vents d'est dans les régions tropicales et équatoriales,
à l'inverse des régions tempérées où elle se traduit globalement par des vents d'ouest

Les alizés océaniques recueillent l'eau échappée de la surface des mers
par évaporation et pourront jouer un rôle fondamental dans le soulèvement
à très haute altitude de l'air équatorial par convection humide
après qu'ils auront atteint la ZCIT

Ils se caractérisent par une vitesse modéré (20km/h)

Atmosphère
: une enveloppe gazeuse qui entoure la Terre : on distingue :

la troposphère
dans laquelle on trouve 90% de la quantité de gaz atmosphérique qui s'étend de la surface de la Terre
jusqu'à 10/12km d'altitude en moyenne
c'est dans cette couche que l'on trouve les formations nuageuses et l'essentiel des phénomènes météorologiques
La T° de l'air décroit progressivement avec l'altitude jusque vers -50°C près des pôles et vers -80°C vers l'équateur

la stratosphère
au dessus jusque vers 50km d'altitude où on trouve 9,9% de la quantité de gaz atmosphérique
La T° y croit avec l'altitude pour être voisine de 0°C à 50km


la mésosphère

se situe entre 50 et 80km

la thermosphère
entre 85 et 500km et enfin l'exosphère

Austral : de l'hémisphère Sud (été ou hiver)

B.A.M
- Beta and Avection Model : modèle de prévision

Boréal
: de l'hémisphère Nord (été ou hiver)

Barocline :
se dit d'un état de l'atmosphère ou d'un modèle de prévision numérique dans lequel les surfaces de pression constante (isobare) intersectent celle de densité constante
par opposition au terme de barotrope
Les modèles baroclines simulent une atmosphère barocline hypothétique et prennent en compte la structure thermodynamique, fournissant une prévision à plusieurs niveaux

Baroclinité
: caractéristique de l'atmosphère consistant en un déséquilibre entre la pression et la température

Dans une atmosphère barocline, isobares et isothermes ne sont plus parallèles. Selon les zones le vent apporte de l'air de plus en plus froid ou de plus en plus en chaud
C'est une situation à la fois à grande énergie potentielle et fortement instable qui ne peut qu'évoluer vers une situation stable après transformation de l'énergie potentielle
en énergie cinétique par l'intermédaire de dépressions et de coups de vent associés


Central Dense Overcast (CDO) :
c'est la couverture nuageuse centrale dense
C'est le bouclier de cirrus qui résulte de la présence de nuages orageux dans le mur de l'oeil d'un cyclone
Avant que la dépression n'atteigne le stade de cyclone le CDO est représenté par une couverture uniforme de nuages froids et denses sans oeil apparant
La présence d'un CDO presque circulaire et bien uniforme indique la présence d'un environnement favorable de faible cissaillement vertical du vent


Cellule de Hadley :
la circulation méridienne intertropicale se poursuit à travers un système particulier rassemblant de très vastes cellules convectives
que l'on appelle celulles de Hadley



Que ce soit en surface ou en altitude la circulation de l'air à l'échelle globale peut-être envisagée
comme la résultante de 2 mouvements conjugués :
- une circulation zonale qui,selon la zone méridienne considérée, progresse vers l'ouest ou vers l'est
en suivant grossièrement la direction des parallèles terrestres
- et une circulation méridienne qui se dirige tantôt vers les régions équatoriales
tantôt vers les régions polaires en suivant à peu près les méridiens terrestres

Or dans chacun des 2 hémisphères la circulation méridienne intertropicale se poursuit à travers
un système particulier rassemblant de très vastes cellules convectives que l'on appelle
celulles de Hadley


Ces cellules soulevant l'air équatorial à haute altitude transportent dans les zones tempérées
l'excédent d'énergie auparavant accumulé sous forme de chaleur et d'humidité par cet air
Puis une fois retombées à basse altitude elles retournent vers les tropiques en se chargeant
à nouveau de la même énergie, procurée directemenent ou indirectement par le rayonnement solaire

Centre d'action : c'est un anticylone ou une dépression de grande étendue gardant une situation et une forme générale stationnaire durant une longue période telle que
l'année ou la saison et influant de façon déterminante au cours de cette période sur la circulation des vents et le mouvement des perturbations au-dessus d'une vaste région
qu'il surplombe
Dans chaque hémisphère les centres d'actions s'implantent à l'intérieur d'une ample zone méridienne comprise entre les régions intertropicales et les régions polaires

Cisaillement du vent (windshear)
: variation locale du vecteur vent ou d'une de ses composantes dans une direction déterminée
Il exprime en fait un état non homogène dans le profil des vents
2 types de cisaillement :
- vertical
en cas de variations sensibles de la vitesse ou de la direction du vent le long des verticales d'une couche atmosphérique
-et horizontal lorsque ces variations du vent se constatent sur une surface voisine de l'horizontale (par exemple une surface isobare)
Une forme fréquente de cisaillement horizontal, relative à la direction du vent à l'échelle synoptique, est caractérisée par les lignes de cisaillement que tracent au sol
les zones frontales d'une perturbation en région tempérée

Cisaillement cyclonique
:
employée avec une signification propre qui s'applique au cisaillement vertical du vent
Il y a alors cissaillement cyclonique si le vent, en montant verticalement de la limite de la couche à sa limite supérieure tourne verticalement dans le sens inverse des aiguilles
d'une montre pour l'hémisphère Nord, et dans le sens contraire pour l'hémisphère Sud
Un cisaillement vertical tend à accroitre la vitesse avec l'altitude à l'approche de la tropopause, particulièrement dans les zones traversées par les courants-jets
On constate alors que l'importance de ce cisaillement dans l'une ou l'autre de ces 2 régions limitant la tropopause peut contribuer à la cyclogénèse d'une perturbation

CLIPER - Climatology and Peristance : modèle de prévision

Col barométrique
:
sur une surface isobare un col barométrique est une région en forme de selle séparant 2 anticyclones et 2 dépressions disposées en croix


Creux barométrique
: (appelé aussi talweg) est l'opposée d'une dorsale : il s'agit d'une avancée de basses pressions issues d'une dépression

Cumulo-ninbus
: nuage de grande dimension, de couleur foncée, qui, très souvent, annonce un orage

Cyclone tropical
: du grec kuklos signifiant cercle
C'est une dépression très creusée, d'origine tropicale, c'est à dire qui nait sous l'influence de fortes chaleurs combinées aux eaux très chaudes des latitudes tropicales
Ouragan (Atlantique Nord & Pacifique Nord-Est) = Typhon (Pacifique Nord-Ouest) = Cyclone (Océan Indien & Pacifique Sud) : vents > à 117 km/h

Cyclone tropical "nain" (a "midget")
:
les cyclones tropicaux sont mesurés radialement à l'extérieur à partir du centre jusqu'à à l'isobare extèrieur fermé
La distance, en degré (1 degré équivalent à 60 miles nautiques) détermine la taille du système
Distance en degré : < 2 Très petit = Very Small ("midget"), entre 2 - 3 Petit = Small, entre 3 - 6 Moyen = Medium/Average, entre 6 - 8 Large et > 8 Très large = Very Large

Cyclone sub tropical
: zone de basses pressions des régions sub tropicales (au dela des tropiques) présentant à l'origine peu de caractéristiques tropicales
mais pouvant acquérir certaines de celles-ci (le coeur devenant chaud)


Cyclone extra tropical
: zone de basses pressions atmosphériques issue des régions tropicales perdant peu à peu certaines de ces caractéristiques tropicales
en circulant dans les régions tempérées, un cyclone devient extra tropical lorsqu'il franchit le 40° Sud ou 45° Nord


Cyclogénèse
: processus de déclenchement ou d'intensification d'une circulation cyclonique ou dépressionnaire
Par opposition on parlera de cyclolyse pour le processus d'affaiblissement ou d'arrêt d'une circulation cyclonique


Demi-cercle dangereux
: c'est la zone du cyclone située à la droite de sa trajectoire dans l'hémisphère Nord (et inversement dans l'hémisphère Sud)

C'est la zone du cyclone située
- à la droite de sa trajectoire dans l'hémisphère Nord
- et inversement dans l'hémisphère Sud


Dans cette zone la vitesse des vents s'ajoute à celle du déplacement


Les rafales sont plus fortes, la mer plus démontée


Dépression : analogue à une cuvette topographique ou à un entonnoir
Les isobares se ferment autour d'un centre de basse pression (inférieure à la pression standard de 1013 hPa)
Les valeurs des isobares croissent du centre vers la périphérie. Dans l'hémisphère austral ou sud, le vent tourne autour d'une dépression dans le sens des aiguilles d'une montre (inverse pour l'hémisphère nord)

Dépression de mousson : cette image ci dessous montre que des vents plutôt faibles soufflent près du centre du système
Ce sont les barbes bleues qui indiquent des vents de l'ordre de 15 à 22 km/h
Plus éloigné du centre, on trouve des vents > à 30 km/h (barbes vertes) voire même des vents plus forts d'environ 50 à 60 km/h dans la partie sud-ouest et nord-est du système
La caractéristique typique d'une dépression de mousson : les vents faibles près du centre avec autour une ceinture de vents plus forts, ce qui est le phénomène inverse
d'un système tropical classique


Dépression extratropicle : la dépression extra tropicale classique des moyennes latitudes est caractérisée par une structure dissymétrique et un coeur froid
sur l'ensemble de la troposphère
La structure dissymétrique apparaït nettement sur les images satellites où l'on voit les nuages former des bandes le long des fronts et s'enrouler autour du centre
Sur les cartes, isobares et isothermes mettent aussi en évidence cette dissymétrie ansi que la présence d'air froid au centre de la dépression : c'est le coeur froid
La dépression extratropicale tire son énergie de la baroclinité de l'atmosphère
A l'inverse un cyclone tropical se caractérise par une structure symétrique (donc non frontale) à coeur chaud sur l'ensemble de la troposphère
Il tire son énergie de la chaleur latente libérée par condensation (en se condensant pour former des nuages, la vapeur restitue à l'atmosphère une grande quantité d'énergie
qu'elle a puisé dans la mer)
Quand un cyclone s'évacue vers les moyennes latitudes il rencontre à la fois des eaux plus froides et un environnement barocline, généralement associé à un cissaillement vertical
du vent de plus en plus marqué
Il va alors subir une phase de transition complexe que l'on appelle phase de transition extra tropicale qui dure en moyenne de 12h à 24h permettant de passer
d'une structure à l'autre, d'une source d'énergie à l'autre


Dépression subtropicale :
une dépression subtropicale est un système de basses pressions se trouvant dans les latitudes tropicales ou subtropicales
(n'importe où entre l'équateur et le 50ème parallèle) et possèdant à la fois les caractéristiques des dépressions tropicales et celles des dépressions des latitudes moyennes

Divergence du vent : expansion ou étalement d'un champ de vecteur vent

Dorsale
:
crête de hautes pressions issues d'un anticyclone
Une dorsale est constituée d'isobares en "U" emboîtées. Le vent y est souvent faible ou nul, sauf dans les dorsales mobiles aux isobares relativement rapprochées
Les dorsales sont des promontoires longeant des anticyclones jusque dans les champs dépressionnaires


Echelle de Beaufort
: classification en 12 catégories du vent : de 0 km/h à 118 km/h

Echelle de Saffir-Simpson
: ouragan classé en 5 catégories avec une équivalence entre la presion hPa et le vent lorsque celui-ci est > à 117 km/h

Echelle de Dvorak
: DVORAK, inventeur d'une technique d'estimation de l'intensité des cyclones à partir des images satellites :
On compare les caractéristiques nuageuses du système cyclonique aux modèles types prédéfinis en utilisant : bandes incurvées, cisaillement, oeil,
couverture nuageuses centrale dense, centre noyé dans la masse, couverture nuageuse centrale froide (CCC)


Effet Fujiwhara
: est l'interaction de deux cyclones suffisamment proches pour agir l’un l’autre, autant sur leur intensité que sur leur déplacement
On estime qu’ils doivent être distants de moins de 1300 à 1500 km pour cela
Du nom d’un météorologiste du début du siècle qui a longtemps étudié l’action réciproque de typhonsdans le Pacifique Occidental, cette action a parfois comme conséquence
de mettre en rotation, de faire tournoyer en quelque sorte (d’où l’appellation de « valse » parfois employée à la place de « effet »), les deux cyclones l’un autour de l’autre,
s’ils ont des intensités équivalentes, ou le plus faible autour du plus puissant

Sur cette carte 2 cyclones (Nancy & Olaf) en interaction dans le Pacifique Sud-Ouest

El Nino : vient de l'espagnol El Nino qui signifie enfant (Jésus) par référence à la période de l'année voisine de Noël où ce phénomène survient chaque 3 à 7 ans en moyenne
Il consiste en un réchauffement anormal de l'Océan Pacifique au large des côtes du Pérou et du Chili en Amérique du sud, habituellement accompagné par de fortes pluies
On sait maintenant qu'il est responsable d'un certain nombre d'anomalies climatiques dans un grand nombre de régions
La phase froide de ce phénomène est dénommée La Nina et ses effets induisent d'autres anomalies climatiques


EMC
: Environmental Modeling Center : modèle de prévision

ENSO
: Oscillation Australe de l'El Nino (E.N.S.O. = El Nino South Oscillation): c'est l'étude de l'influence du phénomène El Nino correspondant à une anomalie thermique
des eaux de surface au large du Pérou et dans les régions océaniques du Pacifique intertropical
Pendant les événements EL Nino (phase chaude de ce phénomène d'oscillation ou indice d'Oscillation autrale négatif ou ENSO phase chaude) le cissaillement vertical augmente
dans la troposphère et cela se traduit par une diminution du nombre de cyclones et de leur intensité
A contrario le phénomène La Nina (ENSO phase froide) rehausse l'activité

Force de Coriolis : (du nom de Gaspard Coriolis, mathématicien français du 19ème siècle) : force apparente due à la rotation de la Terre qui agit perpendiculairement
et vers la droite de la vitesse d'une particule d'air dans l'hémispère nord, le mouvement de particule étant considéré par rapport à celui de la Terre
Elle est nulle sur l'équateur et maximal aux pôles. C'est elle qui intervient pour déclencher le mouvement tourbillonaire propre aux dépressions


Flux
: c'est écoulement de l'air à grande échelle, par exemple un flux d'ouest décrira un ensemble de vents soufflant depuis l'ouest sur d'assez larges parts de la région considérée
La direction du flux est donnée par l'orientation des isobares


Front :
c'est la ligne de transition entre 2 masses d'air

Front chaud
: zone de transition où une masse d'air chaud prend la place d'une masse d'air froid (l'inverse pour un front froid); ils apportent des pluies
Sur les cartes météo ils sont marqués d'une ligne accompagnée de ronds

Front froid
:
ils apportent soit des orages froids (grêles) ou des averses dans une ambiance fraîche
Ils sont marqués d'une ligne accompagnée de triangles sur les cartes météo

Front occulus
: sur une même ligne rond et triangle sur une carte météo donne à la fois des orages et de la pluie


GFDL
- Geophysical Fluid Dynamics Laboratory : modèle de prévision

Gradient
: taux de variation d'un champ de valeur en fonction de l'espace


Géopotentiel
:
les cartes détaillant la pression atmosphérique régnant sur une région à un moment déterminée décrivent la situation atmosphérique au niveau du sol ou
à un géopotentiel de zéro mètres
Il s'agit de fait de la situation qui serait observée si tous les points d'analyse de cette région étaient ramenés au niveau de la mer
Cela permet de pouvoir comparer des choses comparables puisque la pression varie fortement en fonction de l'altitude de l'observation


HectoPascal
: exprime la pression atmosphérique qui correspond à une force de 100 Newtons par mètre carré
La pression diminue avec l'altitude : environ 1013 hPa à la surface de la mer, 840 hPa vers 1500m, 550 hPa à 5km : elle décroit de 1 hPa tous les 8,3 mètres

Humidité relative :
rapport entre la teneur de vapeur actuelle et la teneur de vapeur à saturation : exprimée en %


Houle cyclonique
: dans la périphérie du cyclone des vagues se forment et peuvent atteindre jusqu'à 20 m de hauteur

Isobare
: ligne joignant des points d'égale pression sur une surface (ex niveau de la mer)
Pour les lignes joignant des points d'égale valeur d'autres paramètres on parlera d'isothermes (T°) ou d'isotaches (vitesse du vent)
Le nombre de réfrénce est la pression atmosphérique exprimée en hPa


Jetstream ou courant-jet :
un courant-jet pour chaque hémisphère
L'existence des courants-jets provient de la recherche d'un double équilibre thermique de la part de l' atmosphère, entre les zones froides (les pôles) et les zones chaudes
(les tropiques et l'équateur) d'une part, entre les zones proches du sol (qui se réchauffent au contact de celui-ci) et les zones proches de la tropopause
(qui ont tendance à se refroidir) d'autre part

Ainsi, un courant-jet est toujours associé à une variation importante de température
Cet équilibre thermique se réalise en partie grâce aux cellules de Hadley :
- à l'équateur, l' air chaud et humide est transporté vers le haut par des mouvements ascendants
- une fois parvenu au niveau de la tropopause, il ne peut monter plus haut et s'écoule en direction de l'un des pôles
En raison de la force de Coriolis liée à la rotation de la Terre, cet air subit ensuite une évolution dans son mouvement :
plus il se rapproche du pôle, plus grande devient la vitesse de la composante zonale du vent, dirigée vers l'est
Or, des lois physiques indiquent que cette vitesse ne peut grandir indéfiniment
De ce fait, l'air ainsi transporté depuis l'équateur ne peut dépasser une certaine latitude, à partir de laquelle sa vitesse deviendrait trop grande
dans le sens ouest-est ; au niveau de cette latitude, il s'écoule en partie vers le sol, fermant alors la boucle de la cellule de Hadley,
et en partie vers l'est, où il reste au niveau de la tropopause
C'est ce second flux d'air qui, dans chaque hémisphère, génère un courant-jet "planétaire"
Celui-ci forme pratiquement une ceinture qui fluctue autour de la Terre, mais qui n'est pas rectiligne :
en effet, elle ondule et subit des discontinuités
Dans l'hémisphère Nord, elle se situe en hiver vers le 40ème parallèle, mais redescend en été en direction de l'équateur, vers le 30ème parallèle
Par ailleurs, le relief et
les variations de température de la surface terrestre influent sur sa position et sur son intensité
Ainsi, le courant-jet de l'hémisphère Nord apparaît bien plus rapide au-dessus de l'Arabie saoudite, du Japon et de la côte Est des États-Unis
qu'il ne l'est au-dessus de l'Europe ou de la côte Ouest des États-Unis
Dans l'hémisphère Sud, les disparités associées au courant-jet sont moindres
Les zones de courant-jet les plus proches du pôle étaient jadis appelées "jet polaire", et les plus méridionales étaient dénommées
"jet subtropical"
Le courant-jet joue un rôle majeur dans la formation des dépressions , dans le renforcement ou l'affaiblissement
de leur activité
et dans la détermination de leurs trajectoires

L.A.M - Limited area model : modèle à domaine limité permettant de fournir des prévisions à patite échelle pour une courte échéance

Loi de Buys-Ballot
: quand on se place dos au vent on a les basses pressions à gauche et les hautes pressions à droite dans l'hémisphère Nord,
dans l'hémisphère Sud c'est l'inverse

Dans l'hémisphère Nord le vent tourne dans le sens des aiguilles d'une montre autour des anticyclones
et dans le sens contraire autour des dépressions
Quand on se tient face au vent on a les basses pressions à sa droite et les hautes pressions à sa gauche
dans l'hémisphère Nord, dans l'hémisphère Sud c'est l'inverse

Marais barométrique : c'est une région faiblement dépressionaire analogue à une plaine

Marée de tempête
: est causée par les vents qui poussent la surface de l'océan à l'avant de la tempête du coté du demi cercle dangereux
(droite pour l'hémisphère Nord et gauche pour l'hémisphère Sud)
Une surélévation du niveau de la mer de 5, 6 ou 7 mètre peut en découler : ces hauteurs dépendent de la topographie cotière,
de l'angle suivant lequel le cyclone touche la terre, de la vitesse et du déplacement du cyclone ainsi que de la force du vent

Modèle de prévision numérique : méthode visant à produire une prévision de champs atmosphériques et météorologiques à partir d'ordinateur, permettant de fournir
les principaux paramètres caractérisitques prévus à partir des loies connues de la physique thermodynamique et hydrodynamique


Oeil du cyclone
:
- le vent y est faible, la mer énorme, la pression atmosphérique la plus basse et les températures chaudes en altitude
en effet la température de l'oeil peut être plus élévée que l'air ambiant de 10°C ou plus à une altitude de 12 km et seulement de 2°C à la surface
- en majorité a un diamètre de 30 à 60 km (peu cependant varier de 8 à 200km) et est composé d'air qui plonge lentement alors que le mur de l'oeil a un écoulement vers le haut (mouvement ascendant)
- ainsi on constate que plus l'on se rapproche de l'oeil plus la pression baisse, plus la température augmente, plus les vents deviennent violents
par contre dans l'oeil du cyclone les vents sont très faibles,la pression y est plus basse et la température y est la plus chaude

Occlusion :
front qui se forme lorsque le front froid associé à une dépression rattrape le secteur chaud et que ce dernier disparait

O.M.M :
Organisation Météorologique Mondiale
: institution spécialisée de l'ONU chargée de coordonner, d'uniformiser et d'améliorer les actitivités météorologiques
à travers le monde et d'encourager l'échange efficace de renseignements entre pays

Ouragan
: appelation propre au bassin Atlantique Nord & Pacifique Nord-Est
Dans les bassins Océan Indien & Pacifique Sud c'est le mot cyclone et dans le bassin Pacifique Nord-Ouest le mot typhon
C'est en fait un système tropical dont les vent soutenus sont supérieurs à 63 knots (117 km/h)


Ondes d'est - Easterly Waves :
des perturbations de basses couches de la troposphère
(de la surface de la mer jusqu'à 15km d'altitude)
Elles sont connues sous le nom de "Ondes d'est africaines" dont leur origine est le nord du continent africain et qui se déplacent vers l'ouest et servent souvent
d'amorce de circulation cyclonique pour un grand nombre de dépressions tropicales sur l'Atlantique Nord
Ces ondes commencent à apparaitre en avril/mai et finissent vers octobre/novembre et ont une durée de vie de 3/4 jours et une période de 2000 à 2500 km
En moyenne 60 ondes sont générées tous les ans mais on n'a pas encore trouvé de relations directes entre leur nombre et l'activité cyclonique sur le bassin Atlantique


Oscillations de Madden Julian
(MJO) : l'oscillation intra saisonnière de Madden-Julian est un phénomène tropical sous la forme
d'une onde qui se propage d'ouest en est depuis l'Afrique jusqu'au Pacifique
Cette onde module fortement l'activité nuageuse et convective dans la zone proche-équatoriale à des échelles de temps comprises entre 20 et 60 jours
Cette oscillation comprend 2 phases :
- une phase active humide qui favorise le développement nuageux
- une phase inactive qui assèche l'atmosphère et empêche tout développementnuageux important
Ces phases peuvent être plus ou moins prononcées, donc l'activité nuageuse est alors plus ou moins perturbée, ce qui permettra oui ou non le développement d'une dépression
puis d'un cyclone


Oscillation Quasi Biennale
(Q.B.O) : un phénomène qui se produit au dessus de l'Equateur où les vents stratosphériques font le tour du globe
soit en direction de l'est soit en direction de l'ouest

Tous les 12 à 16 mois la direction s'inverse
Suivant la direction des vents stratosphériques on a :
- vents soufflants de l'est (QBO phase d'est) : augmentation de l'activité cyclonique
- vents soufflants de l'ouest (QBO phase d'ouest) : diminution de l'activité cyclonique
La diminution de l'activité cyclonique pendant les années de vent d'ouest pourrait être due à l'augmentation du cisaillement vertical du vent entre la basse stratosphère(> 10km)
et la haute stratosphère (<20km)


Règle de Buys-Ballot
:
règle réglant la direction du vent à la distribution horizontale des pressions
On peut l'énoncer ainsi, lorsqu'on tourne le dos au vent on a les basses pressions à sa gauche dans l'Hémisphère Nord et à sa droite dans l'Hémisphère Sud

S.O.I. (South oscillation index)
:
c'est l'indice d'oscillation australe, valeur de la différence de pression atmosphérique entre Tahiti et Darwin (Australie)
Lorsqu'il est négatif cela corespond au phénomène El Nino (quand il est positif c'est la Nina)

Talweg ou Thalweg
: analogue à une vallée
Il est constitué d'isobares qui s'emboîtent les unes dans les autres en forme de " V "
Un talweg est un prolongement d'une dépression dans une zone de haute pression. Il y a généralement un  front dans l'axe d'un talweg


Thermocline
:
c'est une couche de transition thermique rapide entre les eaux superficielles et les eaux profondes
En effet dans les mers et océans presque tous les rayons frappant la surface sont absorbés par la couche d'eau superficielle qui se réchauffe alors
Le vent et les vagues font circucler cette eau distribuant la chaleur de manière uniforme sur les premières dizianes de mètres de profondeur
Au dessous de cette couche, la température chute très rapidement, d'environ 20° Celsius. C'est la fine couche de transition entre les 2 qu'on appelle thermocline
Sous la thermocline, la température continue de chuter avec la profondeur mais de manière beaucoup moins profonde
Dans les océans 90% de l'eau se situe au-dessous de cette thermocline à une température comprise entre 0 et 3° Celsisus


T.L.C. (Tropical Like Cyclone) :
les systèmes dépressionnaires qui ne répondent pas au sens strict aux critères qui définissent les cyclones tropicaux,
mais qui en adoptent la morphologie sur les images satellite ou radar


TUTT
: Tropical Upper Troposheric Trough :
un Thalweg Tropical en Haute Troposphère
Ces TUTT sont plus connues sous l'appellation "dépression froide d'altitude"
Les TUTT sont importants pour la prévision des ouragans car ils peuvent amnener de forts cissaillements verticaux du vent nuisibles au bon développement d'une dépression tropicale
On peut aussi penser que la présence d'un TUTT à proximité d'une perturbation peut dans certains cas être favorable au processus de formation des cyclones et à leur intensification dans la mesure où il force l'ascendance près du centre de la dépression et il accelère le flux sortant en haute troposphère


Typhon
: appelation propre au bassin Pacifique Nord-Ouest
Dans les bassins Océan Indien & Pacifique Sud le mot cyclone est utilisé et dans les bassins Atlantique Nord & Pacifique Nord-Est le mot ouragan
C'est un système tropical dont les vent sont supérieurs à 63 knots (117 km/h)


Upwelling
:
le mécanisme qui donne naissance à un upwelling a lieu principalement le long des côtes situées sur le bord est des grands océans dans les latitudes tropicales,
là où soufflent les alizés et là où se situe le bord est de l'anticyclone permanent
Il concerne donc principalement l'Océan Pacifique Sud, les côtes du Pérou-Chili (en relation avec l'anticyclone de Tahiti), dans le Pacifique Nord la côte de la Californie
(anticyclone d'Hawai), dans l'Atlantique Nord les côtes de la Mauritanie (anticylone des Açores) et dans l'Atlantique Sud celles de Namibie (anticylone de St Hélène)
Cette masse d'eau qui vient des profondeurs (quelques centaines de mètres) est, aux tropiques, plus froide que les eaux de surface avoisinantes
Le courant généré par le upwelling est donc un courant froid. De plus cette eau est enrichie en nutriments et est donc très favorable aux développement de la vie marine
Ce mécanisme d'upwelling particulièrement intense au large des côtes de l'ouest de l'Amérique du Sud disparait lors d'El Nino


ZCIT :
Zone de Convergence Intertropicale :
les différentes conditions nécessaires à la formation d'un système cycloniques expliquent pourquoi les systèmes cycloniques
se forment essentiellement sur les régions océaniques tropicales situées entre les 5° et 20° parallèles Nord et Sud : cette zone privilégiée de cyclogénèse est la ZCIT
Cette zone de basses pressions équatoriales est en fait le lieu de convergence entre les alizés (boréal au nord et austral au sud) des 2 hémisphères
L'air y est humide et instable ce qui se matérialise par de nombreux nuages de type cumuloninbus dont les sommets atteignent 12 à 16 km d'altitude
La ZCIT suit le mouvement apparent du soleil, donc se modifie suivant les saisons (voir carte ci dessous)
Elle correspond à l'équateur météorologique, ligne imaginaire séparant 2 hémisphères énergétiques
Dans chacun d'eux, l'excédent d'énergie s'écoule des régions tropicales vers les régions polaires

Zones de Convergence InTertropicale qui suivant le mois fluctuent :
- la plus haute correspond à l'été dans l'hémisphère Nord
- et celle située la plus bas correspond à l'été dans l'hémisphère Sud